Charles R. Scriver

Charles R. Scriver

2001 Scientifique Scientifique

Né à Montréal en 1930, médecin, pédiatre et chercheur, le Dr Charles Scriver a contribué de façon exceptionnelle au développement de la génétique humaine. De l’opinion de ses confrères et d’autres membres de la profession, il mérite d’emblée le titre de « père de la génétique moderne au Québec ».

Charles Scriver a consacré près d’un demi-siècle aux recherches et aux travaux sur la génétique humaine. Il a produit au-delà de 500 publications scientifiques et touché à tous les domaines de la génétique : biochimie, génétique moléculaire, génétique des populations, épidémiologie et nutrition.

Le Dr Scriver est notamment le principal éditeur de The Metabolic and Molecular Bases of InheritedDiseases, un traité sur les maladies métaboliques et génétiques qui fait foi d'ouvrage de référence dans le domaine. D'ailleurs, ses travaux en génétique humaine, qui ont largement influencé différentes approches en soins de santé, continuent toujours de lui valoir l’admiration et l'estime de ses collègues et même de la communauté scientifique internationale.

En 1961, le Dr Scriver a fondé le Laboratoire De Belle de génétique biochimique de l'Hôpital pour enfants de Montréal. Ce laboratoire a joué un rôle primordial dans l'étude des maladies métaboliques familiales et dans le développement de modèles expérimentaux pour l'étude des génopathies humaines.

Son travail sur le rachitisme a conduit au traitement de ces maladies métaboliques familiales et a permis le développement d'un programme de nutrition préventive à Montréal, de même que de programmes de dépistage de la thalassémie et de la maladie de Tay-Sachs. Dans les années 60, il a amélioré la vie de milliers d'enfants québécois souffrant de rachitisme en démontrant qu'une carence en vitamine D pouvait être à l'origine des déformations osseuses chez ces enfants. C'est également lui qui a entrepris les démarches auprès des instances gouvernementales afin d'obliger les producteurs laitiers à ajouter de la vitamine D dans le lait de consommation.

Le Dr Scriver est respecté en tant que membre de l’Institute for Population Research, groupe de spécialistes voués à l’étude de la diversité génétique de la population mondiale. Sa notoriété internationale de chercheur en médecine fut d'ailleurs confirmée par sa nomination à la présidence de nombreuses associations, entre autres, la Society for Pediatric Research (1975-1976), la Canadian Society for Clinical Investigation (1975), l’American Society for Human Genetics (1987), la Society for the Study of Inherited Metabolic Diseases du Royaume-Uni (1988) et l’American Pediatric Society (1995).

Ce médecin de 70 ans a été à maintes reprises honoré et décoré par ses pairs. Il fut nommé membre de l'Ordre du Canada, en 1985, et promu au grade de compagnon, en 1996. En 1997, le gouvernement du Québec lui a décerné le titre de grand officier de l'Ordre national du Québec. Il a aussi reçu quatre doctorats honorifiques : le prix Gairdner de Toronto; la médaille Rutherford, de la Société royale du Canada; le prix Michel-Sarrazin, du Club de recherches cliniques du Québec; la Médaille du mérite exceptionnel, de l'Institut de recherches cliniques de Montréal; et le Prix du Québec Wilder-Penfield, en 1995 : une carrière fructueuse pour ce grand homme de science qui sera intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne en octobre prochain.

Crédit photo : Archives Universités McGill