Robert CHARLEBOIS

Robert CHARLEBOIS

2006 Culturel Culturel

Alain Bashung a dit de lui qu’il a été un des premiers à introduire l’ironie dans la chanson québécoise, sur des airs de rock, de blues et de country. Robert Charlebois, est devenu, en plus de 30 ans de carrière, une figure essentielle de la chanson, non seulement au Québec, mais dans l’ensemble de la francophonie.

Robert Charlebois est né à Montréal en juin 1944. Il fait ses débuts en septembre 1962 – il n’a pas encore 20 ans – alors qu’il assure la première partie du spectacle de Félix Leclerc, à La Butte à Mathieu. En 1965, il se fait remarquer pour sa chanson La Boulée, composée à l’âge de 16 ans, qui lui vaut le Grand Prix du Festival du disque.

En 1967, il entreprend un voyage de trois mois en Californie où il subit l’influence de la contre-culture et fait la connaissance des meilleurs musiciens rock d’Amérique. Pur produit de cette époque, l’hymne Lindberg surgit, cause une véritable onde de choc et assoit définitivement sa réputation.

En 1968, il obtient un premier grand triomphe au moment de la création du mémorable spectacle L’Osstidcho qui rejoint les aspirations d’une jeunesse anticonformiste et avide de changements. Charlebois et ses complices Yvon Deschamps et Louise Forestier surprennent le milieu de la scène culturelle par leur audace et leur humour provocateur. Peu de temps après, il remporte le Grand Prix du Festival de la chanson française à Spa en Belgique. En 1969, il se produit pour la première fois à l’Olympia de Paris, un autre spectacle mémorable. Par la suite, il amorce une longue série de tournées, dont un célèbre périple ferroviaire pancanadien avec quelques figures marquantes de la scène rock américaine comme Janis Joplin, The Band et The Grateful Dead.

Théâtre, chanson, cinéma, rien ne l’arrête. Reconnu par le public et par ses pairs, il surprend sans arrêt la critique et reçoit de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière : Prix de l’Académie Charles-Cros, Médaille d’or des Olympiades de la chanson, Prix de la Ville de Paris, Médaille de Vermeil de l’Académie française et Prix du Gouverneur général du Canada pour les arts de la scène. Enfin, en 1993, l’ADISQ lui a décerné son Félix Hommage pour l’ensemble de son œuvre.

Il a marqué son époque et des générations d’artistes – et il continue de le faire – en raison de la qualité de ses textes, de sa poésie, de sa créativité explosive et diversifiée, de ses milliers de spectacles et de ses vingt et quelques albums.