Yvon Deschamps

Yvon Deschamps

2010 Culturel Culturel

Monologuiste et humoriste québécois, Yvon Deschamps s’est grandement illustré depuis les années 1960 par son humour à caractère social. Encore actif aujourd’hui, il est l’un des humoristes les plus connus de la province et a tracé la voie à une multitude de jeunes qui souhaitaient se lancer dans ce domaine. Il a offert plus de 300 prestations par année et donné plus de 3 000 spectacles aux quatre coins du Québec au cours de sa carrière.

En 1963, il fonde le Théâtre de Quat’Sous avec ses acolytes, Paul Buissonneau, Claude Léveillée et Jean-Louis Millette. À l’hiver 1968, en compagnie de Louise Forestier et Robert Charlebois, il monte un spectacle qui révolutionnera la chanson québécoise : L’Osstidcho. C’est à cette occasion qu’est consacré son désormais célèbre monologue « Les unions, qu’ossa donne? ».

À la suite de ce grand succès, il monte sur les planches à plusieurs reprises en tant que monologuiste et foule les scènes des plus grands théâtres de la métropole. À titre d’exemple, en 1969, il a donné plus de 100 spectacles consécutifs au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts et plus de 500 représentations dans cette même salle tout au long de son parcours.

De plus, en 1976, il est l’une des figures de proue du célèbre spectacle du 23 juin sur les plaines d’Abraham, connu sous le nom de 1 fois 5. L’année suivante, le disque enregistré ce soir-là est récompensé par l’Académie Charles-Cros.

En 1985, il devient l’animateur de l’émission de sketches humoristiques Samedi de rire, un projet télévisuel qui restera gravé dans la mémoire de bon nombre de Québécois. Parallèlement à sa carrière de monologuiste, Yvon Deschamps a ouvert trois restaurants dans le Vieux-Montréal : Le Fournil en 1964, le Saint-Amable en 1965 et La Boîte à Clémence en 1966. Il a ainsi activement contribué au développement de ce quartier de Montréal.

Il acquiert, en 1996, le Manoir Rouville-Campbell, dans lequel il fait construire La Boîte à Yvon, une petite salle pouvant accueillir 300 personnes, où il présente d’anciens et de nouveaux monologues.

Au fil des années, il s’est impliqué en tant que tout premier porte-parole du Chaînon et a étroitement participé au rayonnement de cet organisme. Depuis 2009, il est également porte-parole de la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

En 2001, Yvon Deschamps a été nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec et en 2005, son nom a été ajouté au dictionnaire Larousse.