John P.  HUMPHREY

1905-1994

John P. HUMPHREY 1905-1994

1992 Social Social

Depuis plus 60 ans, le professeur John Peters Humphrey, juriste de formation et défenseur des droits de la personne, a mené un combat sans relâche en faveur des droits fondamentaux de la personne sur le plan international. Ce n'est pas un hasard s'il lui a été demandé en décembre 1988, à l'occasion du 40e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, de prononcer un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies. Ce type d'allocution ne se produit que tous les cinq ans et est réservé à des personnalités dont la contribution à la cause des droits individuels est exemplaire. C'est le Mahatma Gandhi qui avait inauguré cette série de discours en 1948.

Le professeur Humphrey dirigea, de 1946 à 1966, la Division des droits de la personne aux Nations unies, maintenant nommé le Centre pour les droits de l’Homme établi à Genève. C'est d'ailleurs à cet illustre humaniste canadien que l'on accorde la paternité des premières ébauches de rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme qui fut adoptée officiellement en 1948.

Le professeur Humphrey est parfaitement bilingue. Il a, du reste, fait des études de droit à l'Université de Paris. Il est membre de l'Ordre national du Québec et officier de l'Ordre du Canada. Treize universités à travers le monde lui ont décerné un doctorat honorifique. Il est vice-président de la Commission internationale des juristes dont il est le seul membre canadien. En 1988, il fut récipiendaire du Prix des Nations unies pour sa contribution exceptionnelle à la cause des droits de la personne. En plus d'innombrables articles publiés au cours de sa carrière sur le droit et la politique internationale, on retiendra de lui trois œuvres majeures : The lnter-American System: A Canadian View, publiée en 1942; une autobiographie, parue en 1983 en version originale anglaise et traduite en français en 1989 sous le titre La grande aventure : Les Nations Unies et les droits de l'homme, et la même année, No distant Millenium: The International Law of Human Rights.

Le nombre d'associations nationales et internationales auxquelles le professeur Humphrey a associé son nom est impressionnant. Mentionnons notamment qu'il a été en 1968 président de la sous-commission des Nations unies de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la protection des minorités. En 1970, il participa comme membre aux travaux de la Commission royale sur le statut de la femme au Canada. De 1978 à 1985, il remplit la fonction de président de la Fondation canadienne des droits de l'homme. Membre élu du conseil d'administration de la Société québécoise de droit international et du Bureau des directeurs de la Ligue internationale des droits de l'homme, il a également été membre-fondateur de la section canadienne d'Amnistie internationale.