Andrée LACHAPELLE

Andrée LACHAPELLE

2000 Culturel Culturel

Andrée Lachapelle est une comédienne réputée qui continue de connaître une carrière remarquable au théâtre. Sur le plan de l’interprétation dramatique, elle est considérée comme l’une des artistes les plus respectées au Québec.

Outre le théâtre de répertoire, elle a participé à la création de pièces d’auteurs québécois et campé différents rôles dans de nombreux téléromans diffusés sur les grandes chaînes du Québec et du Canada.

Andrée Lachapelle a amorcé sa carrière de comédienne au début des années 50, en interprétant des rôles au théâtre et dans les toutes premières émissions culturelles de Radio-Canada. On l’a notamment vue dans Les Beaux dimanches, Bilan et Le retour des oies blanches de Marcel Dubé, La Locandiera de Goldoni, La Maison de poupée d’Enrik Ibsen; Oncle Vania et La cerisaie, d’Anton Tchékhov; La Dame de chez Maxim’s de Georges Feydeau; Un tramway nommé Désir, La chatte sur un toit brûlant et Soudain l’été dernier de Tennessee Williams; L’homme éléphant de Bernard Pomerance; Les femmes savantes de Molière; Célimène et le Cardinal de Jacques Rampal; Albertine en cinq temps de Michel Tremblay; ainsi que Le passage de l’Indiana de Normand Chaurette qui fut présentée au Festival d’Avignon en 1996 et, tout dernièrement, dans Électre de Sophocle.

Sa carrière de comédienne au petit écran s’échelonne sur près d’une cinquantaine années. Mme Lachapelle a participé à de nombreux téléthéâtres et à une multitude de séries dramatiques. Les téléspectateurs se souviendront, entre autres, de ses rôles dans Monsieur le Ministre de Solange Chaput-Rolland; les Filles d’Ève de Louis Morisset, dans le rôle d’Agathe St-Janvier; Le volcan tranquille de Pierre Gauvreau, qui fut présenté à Radio-Canada de 1995 à 1998; de son rôle de Sœur Anne, dans Miséricorde du réalisateur Jean Beaudin; ainsi que de Marie-Thérèse Fournier, dans Le Temps d’une Paix.

On la retrouve également au cinéma dans YUL 871, de Jacques Godbout; Caro Papa de Dino Rossi; Dans le ventre du dragon de Yves Simoneau; de même que dans Cap tourmente et Comme un voleur de Michel Langlois. Cette dernière interprétation lui a d’ailleurs valu le Prix Guy-L’Écuyer en 1990.

En plus de sa carrière de comédienne, Mme Lachapelle a consacré du temps à certaines causes, notamment Amnistie Internationale, dont elle a été un certain temps présidente de la campagne de financement, et la Galerie Maximum pour la diffusion des arts carcéraux dont elle a été présidente de 1980 à 1988. Elle a aussi été porte-parole de Carrefour pour Elle, un organisme d’aide aux victimes de violence.

Présidente des auditions du Théâtre de Quat’Sous depuis 1985, Andrée Lachapelle n’hésite pas à collaborer avec les jeunes auteurs et créateurs de la scène et du cinéma.

Andrée Lachapelle, qui fut également la première présidente de l’Académie québécoise du théâtre, a été sacrée chevalière de l’Ordre du Québec en 1998, et officière de l’Ordre du Canada en 1985.