Phyllis LAMBERT

Phyllis LAMBERT

1984 Culturel Culturel

Phyllis Lambert, architecte, est directeur fondateur et président du conseil des fiduciaires du Centre Canadien d’Architecture (CCA) à Montréal, le plus important centre de recherche international et musée fondé en 1979 avec la conviction que l’architecture est un sujet du plus haut intérêt public. Mme Lambert a marqué l’histoire de l’architecture alors qu’elle était directeur de la planification pour le Seagram Building à New York (1954-1958). Elle est, depuis, reconnue au sein de la communauté internationale pour sa contribution à l’avancement de l’architecture contemporaine, à la défense des aspects sociaux de la conservation du patrimoine urbain ainsi qu’à celle de la dimension publique de l’architecture et des programmes du CCA.

Activement engagée dans la conservation du patrimoine et du tissu urbain, Mme Lambert a fondé Héritage Montréal, en 1975. Quatre ans plus tard, elle a joué un rôle déterminant dans la création de la Société d’amélioration de Milton-Parc, projet de rénovation d’habitation coopératif le plus important au Canada. De 1984 à 2007, elle était membre du conseil d’administration de la Société du Vieux-Port, l’organisme responsable de la transformation de ce lieu historique autrefois industriel en un lieu à vocation sociale. En 1996, elle a créé le Fonds d’investissement de Montréal (FIM), le seul fonds privé au Canada qui vise à la revitalisation des quartiers défavorisés en rénovant les bâtiments résidentiels. Aujourd’hui, elle participe à la revitalisation du centre-ville Ouest par l’entremise de la Table de concertation du centre-ville Ouest, regroupement dont elle a pris l’initiative en 2005. Phyllis Lambert continue son engagement envers le façonnement de la ville par l’Institut de politiques alternatives de Montréal (IPAM), qu’elle préside. Laboratoire d’idées indépendant (« think tank »), l’Institut a pour mission de contribuer à long terme à la planification urbaine viable de la région métropolitaine de Montréal, à son développement économique et durable ainsi qu’à la démocratie locale.

En plus d’être titulaire d’un baccalauréat du Vassar College de Poughkeepsie (1948) et d’une maîtrise en architecture de l’Illinois Institute of Technology de Chicago (1963), elle est titulaire de doctorats honorifiques de 27 universités d’Amérique du Nord et d’Europe. Sa contribution à des projets de recherche en architecture et son engagement dans l’activisme urbain lui ont valu de nombreuses distinctions et récompenses. Parmi elles, citons le prix Gérard-Morisset; le Hadrien du World Monuments Fund; le prix d’excellence de l’Opération patrimoine architectural, de la ville de Montréal et Héritage Montréal; le Pillar of New York, du Preservation League of New York; le prix Woodrow Wilson for Public Service; et le prix Jane Jacobs 2008 de l’Institut urbain du Canada, Toronto, pour l’ensemble de ses réalisations.

Phyllis Lambert est titulaire des plus hautes distinctions civiles au Canada; elle est Compagnon de l’Ordre du Canada et Grand Officier de l’Ordre national du Québec. Elle est Fellow de l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) et récipiendaire de la Médaille d’or de l’IRAC, la plus haute distinction conférée à un architecte au Canada. La France l’a élevée au titre de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres, et l'Assemblée parlementaire de la Francophonie l’a nommée Chevalier de l’Ordre de la Pléiade. Mme Lambert est aussi Fellow honoraire du Royal Institute of British Architects et de l’American Institute of Architects, et Fellow de la Society of Architectural Historians.